Recherche, créativité et échanges
 

Aux frontières de la géométrie, l'entre-deux, l'articulation où pulse la vie : le CONTACT.

Dans la pratique de tout art, cette notion de contact est fondamentale. L'Eutonie (de Gerda Alexander) propose une approche intéressante. Le contact n'est pas le Toucher. C'est " la prise de conscience du support matériel de la relation à l'objet ". Le contact est une qualité innée, inconsciente, mais qui peut se développer en " pensant vers " de manière ouverte. Ce n'est pas une représentation visuelle ni intellectuelle.

C'est une expérience " intérieure " qui engage tout l'être dans l'ici et maintenant. La qualité de contact d'un sujet dépend du degré de sa conscience corporelle, de l'intensité et de la localisation de ses " Tensions ", de l' " objet " même avec lequel il entre en contact, de son histoire et surtout de son premier vécu de contact avec sa mère surtout (in utero déjà ! Et dans la petite enfance).

Prendre contact avec un " objet ", c'est ALLER vers lui en restant OUVERT, c'est échanger, être en équilibre avec l'extérieur. Equilibre des polarités, enracinement / dé-fixation de soi, agir / " écouter ", présence / oubli de soi, abandon / tenue, pénétration / accueil, autonomie / dépendance, seul /ensemble. Il y a toujours deux directions sans que l'autre prédomine.. C'est deux vecteurs avec la réciprocité, entre donner et recevoir. Etre émetteur et récepteur à la fois !

Pathologie du contact : soit l'on est trop porté sur l'extérieur en perdant la réceptivité, soit l'inverse. Le contact juste conditionne le plaisir, la communication vraie - par sa dimension du respect et la gestion de la dualité vers son extinction (thème cher aux mystiques). Image : Racines qui s'avancent dans le sol en restant perméables.

En fait, le contact intéresse toute forme de vie : un " bon " artisan prend contact avec son œuvre, un " bon " musicien fait " corps " avec son instrument, etc… Qu'en est-il de l'artiste martial ? Par exemple au niveau de la pratique d'une forme, ne pas seulement s'emparer d'elle, mais se laisser porter, inspirer (aimer même !) par elle, jusqu'à s'en détacher complètement (serait-ce là le début de la maîtrise ?).

Au niveau du contact avec l' " adversaire ", certains arts martiaux nous offrent un exemple édifiant, à savoir, l'Aïkido, toute pratique des " mains collantes " (Tueshu de Tai Chi Chuan entre autres) et aussi la Capoeira ! (bien que le contact ne soit pas " physique "). Bien sûr, ce concept de contact juste a été explicité dans la tradition chinoise dans celui de la bi-pôlarité Yin / Yang ! De plus, il apparaît dans la stratégie de combat de Tai Ji Quan en 5 points : écouter (Tsou), céder (Ting), adhérer (Nien), transformer (Hua) et attaquer (Fa).

Le contact juste donne accès à la disparition progressive de la dualité, donc à la tendresse et la jouissance. C'est une porte grande ouverte à l'autre, au " TOUT AUTRE ", à la CO-NAISSANCE par la co-existence, la com-pénétration du 1, du 2, du zéro et de l'infini.

B I B L I O G R A P H I E

L'Eutonie de Gerda Alexander, Denise Digelman (Scarabée 1971)
Entretiens sur l'Eutonie, Violetta Hemsy de Gainza (Dervy)
Haptonomie de Franz Vendman + le CD de Dolto-Tolitch.
Tout écrit sur la théorie du Yin/Yang
CelticArt (Georges Bain)
CelticDesigns (Courtney Davis - Dover)
Fragments de Dialogue à 2 inconnues - Franck Noël (Budostore ?)
Se libérer du Connu - Krishnamurti (Stock)
Tao Te King (Lao Tseu)
Le Sacré de Rudolph Otto
Vijnana Bhairava (Lilian Silburn), Editions De Broccard

J E U X

Chercher un verbe nouveau signifiant l'acte du contact juste, donner et recevoir à la fois.
Laisser venir du tréfonds de soi, un mot, une phrase, un poème signifiant : "Ma pratique"…
Rechercher dans différentes traditions le sens du mot Pratique.
Quel genre de couple forme-t-on soi-même avec la pratique ? Comment pétrit-on la pâte ? Pour quel pain ? Qui sont les invités ?
Visualiser le symbole du TAI JI mais en 3 dimensions et… en mouvement !…
… et encore la bande de Moebius
… et l'art celtique (graphisme)… et … ?

À   M É D I T E R

Les Durs et les Forts sont compagnons de la mort, les Tendres et les Faibles compagnons de la Vie (Tao Te King - Lao Tseu)
La Tendresse c'est l'écoute de la Différence (Jacques Salomé)
La Tendresse c'est tout le contraire de la Douceur (Marie Christine Barrault)

imprimer  imprimer